Skip to content

Ecriture numérique des adolescents : pratiques et tendances (étude)

29 juin 2013

pacmanComment écrivent les adolescents aujourd’hui ? Quelles sont leurs pratiques d’écriture ? Le Groupe interdisciplinaire de recherche sur la socialisation, l’éducation et la formation de l’Université de Louvain (Belgique) a réalisé une enquête auprès de plus de 60 adolescents de 15-16 ans pour mieux connaître ce qui fonde l’écriture chez les jeunes aujourd’hui : Pratiques et représentations juvéniles de l’écriture à l’ère d’Internet par Carine Leporcq, Jean-Louis Siroux, Hugues Draelants (juin 2013) ; dossier en libre téléchargement (22 pages, en pdf).

Cette étude est véritablement instructive : elle montre que l’écrit est omniprésent dans les pratiques numériques d’aujourd’hui pour les adolescents et qu’il existe un réel conformisme par rapport à la norme orthographique… Car l’écriture fait valeur et introduit une dimension morale dans un univers contemporain complexe.

Ecritures numériques : l’influence des pictogrammes (smileys…)

Il est ainsi souligné que l’écriture numérique des adolescents est vécue comme un outil. Les auteurs évoquent ainsi pour les échanges SMS chez les adolescents l’importance d’un échange comme moyen de dire « j’existe et je suis là » :

« Le SMS apparaît en effet comme un moyen commode de se confier sans être réellement face à l’autre, de s’isoler en restant attaché au groupe, de créer de l’intimité tout en préservant la distance spatiale. Ce sont régulièrement à de véritables conversations, parfois longues de plusieurs dizaines de SMS, que se livrent les jeunes. »

Tout en signifiant le côté prépondérant d’un paratexte scripto-visuel :

« La transposition, sous forme scripturale, d’une interaction immédiate dans laquelle le contexte meta- langagier reste le plus souvent inaccessible, influe considérablement sur les conventions d’écriture en vigueur. »

« Une dimension importante de la culture du « chat » ou « SMS » consiste à construire un langage susceptible d’être compris et « correctement » interprété en dépit de cette absence d’indices para-verbaux (intonation, ton de la voix, etc.) et non verbaux (expressions du visage, geste, etc.). Les locuteurs ont par exemple recours à divers symboles (comme les « smileys » ou « émoticônes ») de sorte à exprimer, de façon scripturale, les attitudes et les émotions qui relèvent habituellement de la communication para-verbale et non-verbale. »

Ecriture numérique pulsionnelle et émotionnelle

L’écriture s’inscrit dans une dimension pulsionnelle et émotionnelle :

« Dans les conversations entre pairs au moins, le sens du message est largement absorbé par la forme sous laquelle il est exprimé. La dimension phatique l’emporte souvent sur l’intention informative. »

La communication écrite avec les proches est un mode d’expression très développé chez les adolescents qui s’est sans doute renforcé avec les technologies numériques ; celles-ci reposent en effetgrandement sur l’écrit : SMS, statuts Facebook, messagerie instantanée (Facebook messenger, SnapChat, Kik, Live), Twitter…

Orthographe chez les adolescents : la norme est comprise et utilisée

Les auteurs analysent enfin le rapport des adolescents à l’orthographe. Les jeunes sont très sensibilisés et capables de faire la différence entre les différents types de textualité et leur contexte d’interlocution comme le montre ces citations de jeunes extraites de l’étude :

« Sur Facebook, même les gens de mon âge, ils essaient de faire le moins de fautes possible parce qu’à mon avis, c’est mieux perçu. »

« Il y a deux trois ans, j’utilisais beaucoup d’abréviations (…) maintenant j’essaie d’écrire en remettant des accents, en écrivant les mots en entier. Des fois, je mets des petites abréviations quand même mais bon (…) Sinon, j’essaie d’écrire un petit peu mieux qu’avant parce que je trouve que ça fait un petit peu bête maintenant (…) En étant adulte, on doit faire moins de fautes C’est un minimum d’écrire sans faute. »

« Si on veut rédiger une lettre d’amour et que c’est plein de fautes, ce n’est pas correct ».

Crédit image : J.-L. Raymond – Space invader

From → Etudes, Publications

Laisser un commentaire

Commentez

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :