Skip to content

Google annonce la mort du moteur de recherche traditionnel et l’avènement de l’Age de l’assistance

26 mars 2017

aideAu très sĂ©lect salon professionnel E-commerce One To One 2017, Google a fait sensation durant sa plĂ©nière en dĂ©clinant sa nouvelle prĂ©sentation « The age of assistance » (l’âge de l’assistance – l’ère de l’assistance). Credo de cet axe dĂ©terminant en terme de communication, marketing et vente : Google s’extrait peu Ă  peu du modèle du moteur de recherche tel que nous le connaissons encore aujourd’hui pour entrer de l’ère de l’assistance.

L’Ă©conomie de l’assistance en 3 points

Ce nouveau temps est aussi l’avènement d’une Ă©conomie de l’assistance qui prend en compte 3 dĂ©terminants principaux dans un modèle renouvelĂ© de la recherche :

  • la personnalisation de la relation avec le mobinaute (plus encore que l’internaute),
  • le Web sĂ©mantique : posez la question et l’on vous rĂ©pond directement, en capacitation Ă©galement d’anticiper vos questions avec un système adaptatif qui apprend de vos habitudes (machine learning – apprentissage automatique),
  • le Web vocal : 20% des requĂŞtes formulĂ©es aujourd’hui sur Google (via un mobile sur Android) sont vocales : un chiffre qui dĂ©passera les 50% en 2020. Aux Etats-Unis, 25% des 16-24 ans utilisent la recherche vocale sur mobile.

La voix devient une interface Ă  part entière pour chercher, une interface qui s’affranchit de composer une requĂŞte via un clavier tactile ou physique et qui va jusqu’Ă  oublier d’afficher les rĂ©sultats sous la forme d’une liste ; ceci pour vous proposer un seul rĂ©sultat Ă  entendre et/ou Ă  afficher : « Il n’y a plus une Ă©tape de recherche, puis une Ă©tape de transaction, mais une seule Ă©tape d’action » indique l’intervenant Guillaume Bacuvier de Google.

On comprend mieux les bouleversements en perspective notamment en matière de rĂ©fĂ©rencement (et SEO – optimisation pour les moteurs de recherche) car cette composante est depuis plus de 20 ans baignĂ©e via une dĂ©marche textuelle et image de positionnement s’affichant dans une liste de rĂ©sultats. Et Google va tuer cette liste de rĂ©sultats.

mains

Du moteur de recherche Ă  l’assistance individuelle et personnalisĂ©e

En parallèle, le machine learning s’introduit dans le business de la solution : pour la traduction de textes, images et voix ou encore pour la recherche de photos.

Le moteur de recherche Google a bien Ă©voluĂ© avec le temps : de la recherche de rĂ©ponses, on recherche aujourd’hui des solutions… Dès demain, on apportera avant tout de l’aide.

Google est un compagnon de vie et l’assistance se niche de plus en plus dans des objets connectĂ©s diffĂ©renciĂ©s : vitrines, montres, assistance Ă  domicile (tel Google Home)…

Une assistance plurielle au coeur de nos vies

Cette aide se traduit au quotidien par un assistant individuel et personnalisé placĂ© au coeur de notre vie et de la famille. C’est ce que la firme de Mountain View propose avec Google Home (un concurrent en point de mire : Echo par Amazon). Une assistance aux formats multiples : texte, image, vidĂ©o, rĂ©alitĂ© augmentĂ©e/rĂ©alitĂ© virtuelle qui reconnaĂ®t les voix de la famille, prĂ©sente et dĂ©livre une rĂ©ponse hyper-personnalisĂ©e Ă  chaque individu.

Consultez cette vidĂ©o pour mieux comprendre comment Google s’insère dans nos vies,  nos comportements et nos choix… C’est un assistant dĂ©cisionnel auquel nous dĂ©lĂ©guons une grande partie de nos choix :

L’assistance est ambiante car elle s’insère dans notre quotidien Ă  tous les instants de la vie : vie professionnelle, vie privĂ©e (oĂą elle imprègne profondĂ©ment la vie au foyer) et vie de loisir. Elle s’affranchit d’ailleurs des barrières de ces temps de vie.

Ne parlons plus d’internaute ou du mobinaute mais de socionaute

Dans cette vision exprimĂ©e et matĂ©rialisĂ©e par Google en terme de business, c’est la logique Ă©cosystĂ©mique qui prime : l’aide est gĂ©olocalisĂ©e, personnalisĂ©e, tient compte de vos habitudes d’interrogation et d’aide apportĂ©e (via le machine learning) car l’assistance « made in Google » se place dans une logique d’apprentissage : apprendre de l’internaute et apprendre au mobinaute.

D’ailleurs, Ă  ce stade, il ne s’agit plus d’un internaute ou d’un mobinaute mais plutĂ´t d’un socionaute : un individu aidĂ© et « plongĂ© » dans un internet en continu qui Ă©volue bien entendu en sociĂ©tĂ©, peu importe l’interface qu’il utilise.

En fait, nous sommes en train de sortir de ce cycle du mobile qui devient une interface parmi d’autres.

3 points principaux pour ĂŞtre agile dans l’Age de l’Assistance

Dans cette ère de l’assistance, qu’est-ce qui va compter en terme de business pour rĂ©ellement crĂ©er une diffĂ©rence ? 3 points principaux auxquels il va falloir rapidement s’adapter (pour « survivre » indique en filigrane Google) :

1. La vitesse :

Dans l’ère de l’assistance, il y a une problĂ©matique/question Ă  rĂ©soudre via une interrogation et avec juste 1 étape d’action. Cela demande de la part de l’entreprise de dĂ©clencher une rĂ©ponse instantanĂ©e et de façon très rapide. Les situations d’attente ne sont plus tolĂ©rĂ©es par le socionaute.

3 chiffres qui importent actuellement pour les sites eCommerce :

  • Le temps moyen de chargement des sites mobiles est de 19 secondes avec une connexion 3G,
  • 53% des visites sont abandonnĂ©es si les pages prennent plus de 3 secondes Ă  charger sur mobile,
  • Les annonceurs dont le site mobile charge en 5 secondes gagnent jusqu’Ă  2 fois plus de revenus sur mobile que ceux dont les sites chargent en 19 secondes.

2. La visibilité :

On rĂ©flĂ©chit dĂ©sormais en terme de flux et non pas de destination. Le socionaute ne part pas d’une situation A pour arriver Ă  une situation B.

De par l’information qu’on lui apporte, qu’on lui suggère de façon permanente, il Ă©volue dans son approche et ses choix dans son quotidien. La mise en relation du client avec un produit ou un service peut se faire Ă  tout moment de vie.

Pour les ecommerçants, il est donc nécessaire pour être vu de penser en continu :

  • flux magasins : connaĂ®tre vos stocks produits,
  • flux clients : utiliser les data online et offline,
  • flux produits : ĂŞtre prĂ©sent sur tous les formats.

3. La pertinence :

Quand on aide, on ne veut pas et on ne peut pas ĂŞtre déçus. La force est dans l’adaptation et l’expĂ©rience utilisateur devient essentielle. Dans l’ère de l’assistance, le socionaute est encore plus sĂ©lectif.

amitie

Approfondir la connaissance client en 13 points

Cette ère de l’assistance demande d’approfondir la connaissance client et prospect sur 13 points essentiels :

  • Connexion
  • Historique de navigation
  • DurĂ©e de visionnage
  • Utilisation de l’app
  • DĂ©mographie
  • CatĂ©gorie d’app
  • Sessions
  • RequĂŞtes
  • Localisation
  • Horaire
  • Jour
  • Age et genre
  • VidĂ©os visionnĂ©es

… Sans oublier que le client est nĂ©cessairement un co-crĂ©ateur de son produit/service tel dans le « projet Muze » solution d’intelligence artificielle de Google permettant de crĂ©er son propre style selon sa personnalitĂ©.

Une expĂ©rience rĂ©cente « projet Muze » menĂ©e avec Zalando permet ainsi via un « compagnon mode » en ligne – en fait un assistant – de « dĂ©couvrir une tenue crĂ©Ă©e Ă  partir de sa personnalitĂ© en 5 minutes grâce Ă  l’intelligence artificielle ».

En résumé

L’heure est grave car cette nouvelle façon de « rechercher » va bouleverser le monde du eCommerce et plus encore largement l’Ă©conomie des produits et des services dans les annĂ©es Ă  venir… avec de nouvelles compĂ©tences et stratĂ©gies Ă  prendre en compte.

Crédit photos : Pexels et Pixabay.

inscription-newsletter

6 commentaires
  1. David Cohen permalink

    Bonjour
    et merci de ce témoignage/réflexion.

    Ce propos doit secouer le p’tit monde du SEO E-commerce et guider encore plus notre façon de construire/nourrir les sites.

    Une demande tout de même pourriez vous remonter la date du post 26/03/2017 sous le titre ou au début du texte.
    Les bouleversements se succèdent tellement dans ce domaine qu’on a du mal Ă  savoir si ce qu’on lit est une prospective, une rĂ©alitĂ© prĂ©sente ou la Xieme tentative de Google (qui n’hĂ©site ni Ă  essayer, ni Ă  fermer).
    Bien sĂ»r, il y a la mention d’un Ă©vĂ©nement 2017. M’enfin on a lu Ă©normĂ©ment de chose depuis Janvier.

    Cela vous intĂ©ressera sans doute de savoir que j’ai trouvĂ© votre lien sur un article rĂ©cent aussi de Arobase sur la recherche vocale.

    J'aime

    • Jean-Luc Raymond permalink

      Merci pour votre apport. Le contexte de l’article est signalĂ© clairement en dĂ©but d’article 🙂

      J'aime

  2. Aubert Dominique permalink

    Bien sûr, être *socionaute* ! Pourquoi pas, bien que je ne partage pas avec toute la société, je me suis un peu créé la mienne.
    Je ne rĂ©ponds pas par automatisme, j’ai besoin de pondĂ©ration.
    Avec l’âge, l’ordi a pris le pas (un chromebox) le mobile, trop petit pour moi.
    Beaucoup d’info et de services, dans ces partages constants vĂ©hiculent des erreurs, et des contres vĂ©ritĂ©s.
    Quant Ă  devancer mes besoins grâce Ă  mes comportements, dĂ©solĂ© ce n’est pas parce que j’ai achetĂ© un matelas que j’en ai besoin d’en acheter d’autres, idem pour les ouvertures de portes de voitures et idem pour les prothèses du genou.
    A bientĂ´t

    J'aime

  3. Ahlem permalink

    Article très intĂ©ressant ! La conclusion est très pertinente, en effet. Selon vous, quelles sont ces nouvelles compĂ©tences dans l’âge de l’assistance ?

    J'aime

Commentez

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion / Changer )

Connexion Ă  %s

%d blogueurs aiment cette page :